À PROPOS

Les Voix Insoumises : Convergence Anticoloniale d’Artistes de Rue est une biennale de street art avec des d’artistes qui s’identifient comme femmes autochtone[1]/2Spirit/Queer et femmes de couleur, et qui prend place à Tiohtiáh:ke, territoire autochtone non cédé Haudenosaunee (aussi connu sous le nom de Montréal). Les trois éditions de l’événement ont eu lieu pendant les mois d’août 2014, 2015 et 2017. Le but de ce projet se présente en trois catégories : développer un réseau de solidarité et de support entre les artistes femmes autochtones/2Spirit/Queer et les artistes femmes de couleur ; promouvoir une résistance anti-coloniale sous diverses interventions d’art de rue et renforcer les relations et les dialogues entre le collectif et les différentes communautés montréalaises.

 Sous diverses interventions de rue (murales, collages, pochoirs, art textile, installations, performances, etc.), les artistes provenant de différents territoires sur l’Ile de la Tortue (Amérique du Nord) mettent de l’avant leurs revendications, leurs identités et leurs histoires. Notre collectif reconnait l’importance des murs et des structures dans l’espace public comme un espace critique afin de réclamer les territoires autochtones non-cédés et qui aide les artistes autochtones et de couleurs dans leur travail de justice et de guérison personnel et collectif. Dans les espaces publics qui sont revendiqués par le collectif, les participant.es partagent leurs connaissances et considèrent les territoires sur lesquels nous habitons par l’importance du respect de la terre dont nous bénéficions. Grâce au dialogue de nation à nation et favorisant la beauté dans les différentes histoires de vie et des identités des artistes du collectif, les Voix Insoumises reflète aussi le pouvoir dans les points communs, l’exploration commune de se réunir, la guérison et l’éducation des générations futures.

Les femmes autochtones/2Spirit/Queer et femmes de couleur sont sous-représentées dans le milieu de l’art sur l’Ile de la Tortue, particulièrement dans le milieu du street art et majoritairement exclues/vivant de l’insécurité dans les espaces publics. Pour ces raisons, les Voix Insoumises encourage particulièrement les jeunes femmes à participer à nos ateliers et promouvoir leur empowerment en revendiquant leur place dans ce milieu dominé par les hommes. Les Voix Insoumises organisent des ateliers et des panels sur les thèmes de la décolonisation, les appropriations culturelles, le street art féministe et d’autres sujets reliés aux thématiques qui intéressent les artistes de notre collectif. Le public est toujours invité à participer aux activités qui ont lieu pendant les convergences. Toutes les activités sont gratuites et ouvertes au public.

Ensemble, en tant que Les Voix Insoumises, nous pouvons prendre notre place et revendiquer nos histoires et nos expériences de vie commune ou individuelle.

Nous envisageons un avenir qui permettra de développer la création de collectifs comme le nôtre dans d’autres villes et communautés, et ce, d’un océan à l’autre.

[1] Le terme ‘’Autochtone’’ utilisé par notre collectif incluent les personnes Autochtones avec statut ou sans statut, Métis, Inuits, ainsi que les personnes qui s’identifient comme Autochtone à l’extérieur des frontières canadiennes coloniales.